la pression du temps imparti pour la thèse

Discussions de toutes les phases de l'aventure doctorale, de la décision de se lancer à la soutenance

Questions de méthodologie, d'organisation & de rédaction - Rapport avec la direction de thèse - Choix du Jury - Préparation de soutenance, etc.

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar Julie » 09 Mai 2012, 15:13

babiole a écrit:@ Aurélie: Je suis tout à fait d'accord avec toi, la durée d'un assistanat-doctorat est parfois vraiment trop courte! A l'UNIL, il y a un bout d'effort pour les femme qui ont un enfant durant leur contrat d'assistanat-doctorat: leur contrat est prolongé d'une année. Par contre, si un 2ème enfant suit, il n'y a pas de prolongations possibles... Du coup, avec deux enfants, deux pauses congé maternité et seulement une année de prolongation, cela devient difficile de terminer sa thèse durant son contrat...


A l'UniGE, les contrats d'assistants peuvent être prolongés de la durée du ou des congés maternités (si on n'a pas un contrat en suppléance ou sur fonds de recherche). Il vaut mieux l'annoncer à l'administrateur de sa faculté avant de prendre le congé. On trouve tout ça sur le mémento de l'Unige : https://memento.unige.ch/doc/0163/?sear ... rnit%C3%A9
Julie
 
Message(s) : 7
Inscrit le : 21 Décembre 2011, 19:11

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar kika » 11 Mai 2012, 16:55

L'Unil donne aussi la possibilité aux pères qui ont eu un congé parental pendant le doctorat d'avoir un renouvellement de contrat de 6 mois pour bien finir. :roll:
Avatar de l’utilisateur
kika
 
Message(s) : 37
Inscrit le : 13 Décembre 2011, 10:37

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar frago » 27 Juin 2012, 21:34

eliabar a écrit:En attendant, si vous êtes en tout début de doctorat ou avant même de l'entamer, c'est vraiment très utile de bien choisir votre directeur ou directrice de thèse : en plus de l'aspect scientifique, c'est mieux si c'est quelqu'un de juste, qui soutient ses doctorant-es en leur proposant de se rendre visible dans des colloques, par des publications qu'ils peuvent signer, en bref, quelqu'un qui peut être une bonne "porte d'entrée" dans le monde académique (donc pas trop prêt de l'âge de la retraite) et un bon soutien. Un conseil souvent donné, mais effectivement utile, est d'aller assister à une ou deux soutenances d'un-e de ses doctorant-es, pour voir la façon dont le ou la prof se comporte. Il faut bien admettre que cette personne va être essentielle dans la période du doctorat.


Si ça se trouve, tu n'auras peut-être pas le choix de ton dir. de thèse. Dans certaines unis, il n'y a qu'UN spécialiste (autoproclamé?) du sujet. Ou un seul qui accepte ton projet. Ou un poste d'assistant qui implique de travailler pour celui-ci et pas pour celle-là. Entre le directeur vraiment compétent mais indisponible et irascible et celui qui a la réputation d'être super sympa, qui s'auto-proclame spécialiste de tout et n'importe quoi, mais qui ne lira pas ce que tu lui donnes à lire et ne te soutiendra pas... que choisir?
Le conseil que je donnerais est de voir
(1) déjà si le dir. en question A EFFECTIVEMENT "PRODUIT" des doctorants (avec succès) pendant... disons... les 5 dernières années. Je connais des cas de prof. qui ont été nommés (OK, pas PO mais prof. associé ou autre statut stabilisé) depuis plus de 10 ans et qui n'ont pas sorti un seul doctorat (malgré les qques doctorats soi-disant en cours avec eux). Est-ce grave? Mais j'ai une vision trop idéaliste peut-être.
(2) Puis d'aller causer avec les docteurs et doctorants en question.
Le comportement du prof. à la soutenance peut n'avoir rien à voir avec la réalité du travail avec lui ou elle... il peut être tout sucre et tout miel pendant la soutenance ou en public et être différent en privé. Tu peux être poussé à bout et pleurer en sortant de son bureau et la prochaine fois boire un café avec lui...
(3) Le problème de parler avec les doctorants est qu'ils ne te diront pas, puisqu'ils ne te connaissent pas en tant que futur-doctorant, qu'ils ont fini leur thèse sous antidépresseur... donc il faut aussi écouter d'autres personnes. En bref: se renseigner avec de multiples sources.
frago
 
Message(s) : 32
Inscrit le : 24 Avril 2012, 17:39

Comment gérer au mieux le temps au quotidien au bureau ? (hors travail de thèse)

Messagepar ccarval1 » 24 Août 2012, 13:28

Bonjour tout le monde,

En fait, pour relancer un peu le débat, je lance la question:

Comment un-e doctorant-e peut gérer au mieux le temps au quotidien au bureau ?

... entre répondre aux e-mails, la recherche d’information, les menus travaux administratifs, préparation des cours, sollicitations des étudiants et des collègues, pauses café... Et la thèse, comment l'intégrer là dedans? :?

Help requested.
Avatar de l’utilisateur
ccarval1
 
Message(s) : 19
Inscrit le : 21 Novembre 2011, 16:27

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar kika » 24 Août 2012, 14:54

Quelques :idea: pour remédier à ce problème :

- Mieux gérér les emails: se fixer des heures pour répondre : par exemple après la pause déjeuner, car il s’agit d’une activité qui ne demande pas beaucoup de concentration.
- Se fixer des créneaux pour recevoir les étudiants, par exemple tous les deux jours.
- Mieux connaître son rythme personnel et commencer le matin avec les travaux qui demandent plus de concentration.
- Se fixer des créneaux horaires pour travailler sur sa thèse.
- Apprendre à limiter les tâches liées au travail d’assistanat.

Ok, je sais...facile à dire...
Avatar de l’utilisateur
kika
 
Message(s) : 37
Inscrit le : 13 Décembre 2011, 10:37

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar ccarval1 » 28 Août 2012, 11:55

- Apprendre à limiter les tâches liées au travail d’assistanat


J'ai demandé autour de moi pourquoi l'assistanat prenait souvent plus de temps qu'espéré. Il m'a été répondu que parfois on surestime la préparation d’un cours : on prépare trop de matière pour un cours, ce qui rend la préparation fastidieuse. C'est surement lié au stress ou à un manque de confiance en soi. Il y a également la crainte de perdre la face devant les étudiant-e-s faute d’avoir assez préparé...
Avatar de l’utilisateur
ccarval1
 
Message(s) : 19
Inscrit le : 21 Novembre 2011, 16:27

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar frago » 03 Septembre 2012, 17:53

Pour moi la solution était radicale: je n'ai jamais pu travailler correctement sur ma thèse au bureau (bruit, interruptions par les étudiants, les collègues, le prof... les autres profs qui cherchent leur assistant-en-vadrouille ou lui téléphonent, bureau illégal et sans fenêtre donnant sur l'extérieur, problèmes informatiques...), donc je faisais ma thèse seulement chez moi (j'ai la chance d'avoir une pièce qui est mon bureau) et à la bibliothèque en dehors des périodes d'examen.
Au début, j'étais assez arrangeante avec les rdv avec les étudiants, puis je me suis rendue compte que ce n'était pas possible de venir juste pour 1 rdv et j'ai décidé que ce serait tel ou tel jour et pas un autre.
Donc j'ai travaillé chez moi, où j'étais au calme et je venais à l'université la moitié du temps (heureusement avec l'accord de la personne pour laquelle je travaillais et qui faisait la même chose, à savoir ne venir que x jours par semaine, ceux des cours, en casant tous les rdv ou presque ces jours-ci. C'est rationnel et efficace).

Le problème aussi des tâches d'assistanat est que plus tu es efficace, plus tu en reçois... J'ai la (mal)chance de m'en sortir avec l'informatique par exemple, ou avec les planifications et réservations de voyage aussi.
frago
 
Message(s) : 32
Inscrit le : 24 Avril 2012, 17:39

Re: la pression du temps imparti pour la thèse

Messagepar ccarval1 » 04 Septembre 2012, 09:54

J'ai la (mal)chance de m'en sortir avec l'informatique par exemple


Being there...
En arrivant, j'ai appris que j'étais "la référante en informatique" tout simplement parce que mes collègues, nées bien avant internet, avaient de la peine à comprendre les consignes, pourtant claires, de notre centre informatique. Très vite, "être bien dans quelque chose" devient "aimer quelque chose", qui devient à son tour "être responsable, en dépit de son cahier de charge, de la chose"... cercle vicieux de l'excellence pourrait-on dire :lol:
Avatar de l’utilisateur
ccarval1
 
Message(s) : 19
Inscrit le : 21 Novembre 2011, 16:27

Précédent

Retour vers L'espace-temps du doctorat



Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron